Forum Air-Start

FAQ - Rechercher - Liste des membres - Groupes d'utilisateurs - Connexion - Inscription



   Air-Start
   Autres Editions (+ de 2 mois)
   Souvenons-nous... [12/2014]

  Bas
  Page : 1  
Auteur
   Souvenons-nous... [12/2014]  
 
Ptitpimous
Commandant
Posté le 14/12/2014 à 15:18:06
Voir le profil de Ptitpimous Editer le sujet Répondre à ce message Envoyer un message privé à Ptitpimous  
 
 


Etat du membre Hors ligne
Messages : 4 939
Depuis : 31/10/2009

 
C'est le titre de ma seconde rubrique et projet plus sérieux pour la Gazette.

En fonction du mois de parution de la Gazette j'ai proposé à ptit-pimouss de reprendre un fait ou événement qui a marqué le monde aéronautique qu'il soit récent ou ancien. C'est une rubrique sérieuse qui nécessite de compulser des bases documentaires pas toujours en français et que je ne pourrais pas écrire au rythme d'une par mois d'où l'alternance avec le reportage fiction. Je n'ai pas la prétention de rivaliser avec les sites ou gens pointus dans l'aéronautique. c'est juste une approche journalistique d'un évènement qui doit donner envie aux lecteurs d'aller par la suite s'informer "ailleurs" plus en détails.

Pour Décembre j'ai choisi de traiter du 7 décembre 1941 sous son aspect engagement des forces aéronavales.

Pour l'instant j'en suis au brouillon j'intégrerai si possible des images de la librairie du congrès ou tout autre image tombée dans le domaine public.









Le 7 décembre 1941 resta dans les mémoires l'évènement qui précipita les USA dans la seconde guerre mondiale. Pourtant d'un point de vue aéronautique il souligna l'avènement d'une nouvelle arme de projection : Le porte avion. Ce dernier donnera à l'aviation militaire une importance supplémentaire.
Alors que sur le théâtre européen les belligérants disposaient de nombreuses bases et aérodromes pour lancer leurs appareils et que l'opération aéronavale britannique contre les italiens dans le port de Tarente au moyen du porte avions "Illustrious" fut loin d'avoir un grand retentissement, elle inspira l'amiral japonais Yamamoto.

L'usage d'un si grand nombre d'avion embarqués, pour un raid si lointain, était une première. L'audace du plan joua énormément dans la réussite de l'opération. Une grande partie de l'état major américain considérait plus probable une attaque sur les Philippines. Le président Roosevelt exprimera d'ailleurs sa stupéfaction par cette phrase : "Ce n'est pas possible il doit s'agir des Philippines."
Les japonais avaient acquis une certaine expérience du combat aérien en envahissant la Chine, puis le Siam, ils disposaient de pilotes vétérans dont l'expérience du combat allait avantager grandement l'empire nippon durant les premiers temps de la guerre du Pacifique. L'amiral Yamamoto alignait 6 porte avions et 387 aéronefs pour mener à bien l'opération. Trois vagues étaient prévues, mais seulement deux furent lancées. L'inconnue de la position des porte avions américains rendit dangereux le fait de s'attarder dans les parages pour la flotte japonaise, de surcroît les américains commençaient à se réorganiser après deux vagues d'assaut.

Les Nakajima B5N Kate étaient des bombardiers torpilleurs. Conçu à partir de 1936 ce monoplan à aile basse armé par un équipage de trois hommes possédait un train d’atterrissage escamotable et un armement composé des munitions (bombes ou torpilles) jusqu'à 800kg, d'une mitrailleuse de 7,7mm sur l'arrière plus deux intégrées aux ailes. Il disposait d'une autonomie modeste de 980km et d'un vitesse maximale de 378km/h. La version B5N2 remotorisée fut utilisée sur Pearl Harbor à la fois en version bombardier et torpilleur. La torpille constituait pour l'attaque dans les eaux peu profondes de Pearl Habord un défi. Selon l'état major américain les torpilles aériennes devaient exploser sur le fond, ce qui n'était pas faux, mais qui fut contourné par les japonais grâce des modifications sur les torpilles existantes. Le Kate était vulnérable et mal protégé, bien qu'il resta en service tout au long du conflit le B6N Tenzan lui succéda en 1943 dans sa mission d'avion de première ligne.




***



L'Aichi D3A Val, fut le premier monoplan aile basse métallique conçu entièrement au Japon. Malgré son train fixe obsolète rappelant le Stuka allemand, il affichait de remarquables performances en piqué. Sa vitesse maximale de 430 km/h et son autonomie de 1350km et surtout une étonnante robustesse permirent au D3A Val de rester en service tout au long du conflit. Son armement de deux mitrailleuses 7,7mm vers l'avant et d'une montée sur l'habitacle arrière était insuffisant face à la chasse. Cependant avec une charge de trois bombes (250kg + 2*60kg), il remplissait sa mission avec une efficacité remarquable. Lors du raid le Japon aligna 129 appareils de ce type. Le D4Y Suisei lui succéda en première ligne en 1943.



***



Le Mitsubishi A6M Zéro fut conçu à la fin des années trente, sacrifiant la robustesse pour augmenter la maniabilité et diminuer son poids. Dans les débuts du conflit contre les alliés, ce chasseur surclassa les appareils de l'époque. Son armement se composait de deux canons de 20 mm, deux mitrailleuses de 7,7 mm et de deux bombes de 60 kg. Il fut décliné en plusieurs versions tout au long du conflit. Léger et maniable il atteignait les 530km/h et avait une grande autonomie de 3 105 km. Il excellait en combat tournoyant.



***



Les forces américaines se répartissaient entre la Navy, l'Armée et dans une moindre mesure Le Corps des Marines. Les deux premières forces alignaient des appareils en nombre qui pour beaucoup furent neutralisés au sol par l'assaillant. La crainte du sabotage l'avait emporté dans l'esprit du général Short qui avait fait regrouper les appareils au sol pour mieux les garder. Une erreur qui empêcha la chasse de décoller en urgence et qui permis des coups au but dévastateurs. Seul une dizaine d'appareil des P36 Hawk et P40 WarHawk put prendre l'air pour s'opposer aux deux vagues japonaises.

Le P36 Hawk était un chasseur monoplan conçu dans les années 30 qui entra en service en 1938 son armement se composait de deux mitrailleuses 12,7 à partir de la version B. Remotorisé il atteignait des 520km/h en vitesse maximale. Le P36 était obsolescent lors de l'attaque sur Pearl Harbor. Cinq appareils sur les 39 stationnés purent prendre l'air. Ce fut d’ailleurs le seul fait d'armes attribuable à cet appareil sous la cocarde US durant le conflit du pacifique.



***


Le P40 WarHawk était un chasseur monoplan conçu à la fin des années 30, sa première version de série vola en 1940 et fut rapidement amélioré par la version B et C toujours en 1940. C'est des P40-B qui participèrent au nombre de 7 à la défense de Pearl Harbor, le reste des appareils étant cloué au sol. Avec une vitesse maximale de plus de 580km/h (+600km/h pour les ultimes versions), le P40 affichait des performances très honorables pour l'époque. Selon la version l'armement se composait de 4 à 6 mitrailleuses Browning M2 de 12,7 mm.



***





Au sol les autres appareils, vulnérables, subirent les affres des attaques nippones.

Seversky P-35 Guardsman affichaient les performances typique des appareils des années trente avec une vitesse maximale 450 km/h, un armement composé de deux mitrailleuses Browning M2 de 12,7 mm et une capacité d'emport 130 kg de bombes. Ce chasseur n'eut à son actif que quelques sorties aux Philippines lors du raid du 10 décembre 1941.



***



Les Curtiss P26-C Peashooter cloués au sol étaient des appareils dépassés mais encore encore en service actif. Le P-26 fut le premier chasseur entièrement métallique produit aux États-Unis, il entra en service en 1934. Sa vitesse approchant les 380km/h et ses deux mitrailleuses Browning M-2 de 7,62 mm ne lui permettaient pas d'affronter appareils de conception récente, aucun ne prit l'air lors de cette attaque mais tous furent épargnés.



***



Le Douglas B-18 Bolo constituait par le nombre l'ossature des bombardiers à long rayon d'action en 1941. Il est le fruit fut la modification du DC-2 en bombardier. Sa vitesse maximale de 345 km/h et son armement de 3 mitrailleuses de 7,62 mm et 2 200 kg de bombes ou charges ASM en faisait un appareil satisfaisant lors de son entrée en service en 1936. Ils subirent de lourds dommages au sol lors du raid.



***


Les bombardiers lourds B-17D/E Flying Fortress présents à Pearl Harbor effectuaient essentiellement des missions de reconnaissance à long rayon d'action, des renforts avait été demandé en nombre mais refusés par l'état major. Seule une douzaine supplémentaire devait être acheminée en décembre. L'arrivée de ces B-17 fut concomitante au raid et fut à l'origine d'une confusion tragique qui empêcha les forces américaines d'être mises en alerte avant l'arrivée des japonais. Les premiers appareils furent admis au service actif en 1938. Ils répondaient à l’exigence du cahier des charge en étant capables de voler sur plus de 3000km et d'emporter 2,7t de bombes. La défense rapprochée du B-17 fut améliorée avec les versions. Des mitrailleuses 12,7mm furent disposées jusqu'à atteindre le nombre de 13 dans la version F.


***


Les A-20 Havoc, bombardiers polyvalents, se trouvaient répartis sur plusieurs aérodromes lors de l'attaque. Ces avions payèrent un lourd tribu, incapables de prendre l'air comme la plus part des avions présents sur les aérodromes de l'île. Le Havoc était un bimoteur bombardier moyen conçu en 1938 et admis au service actif en 1941. Ces performances furent reconnues par les pilotes. Ils disposait d'une capacité d'emport de 900kg de bombes et de neuf mitrailleuses Browning M2 de 12,7 mm. Sa vitesse approchant les 500km/h selon les versions de motorisation lui permettait même d'être utilisé en chasseur nocturne sur le théâtre européen.



***




Quelques Martin B-12A se trouvaient sur le site de Pearl Harbor lors de l'attaque, il s'agissait de bombardiers bimoteurs vieillissants datant des années trente. Le B-12B est une version dérivé du B10A mais équipé de flotteurs et remotorisés pour l'occasion. Son armement modeste avec trois mitrailleuses mobiles de calibre 7,62mm et une charge de bombes de 907kg ainsi qu'une vitesse de 345km/h n'était plus au niveau des exigences de la seconde guerre mondiale. Le B10/B12 fut retiré du service en 1942 par les autorités américaines.




***


Le Grumman JRF/OA-9 Goose était un hydravion léger bimoteur entré en service en 1938 il était principalement affecté à la reconnaissance, les liaisons et le sauvetage. Quelques unités furent armées de deux mitrailleuses de 7,62mm tirant en sabord et pour la lutte ASM de deux charges de profondeur de 125 kg.



***



Des AT-6 Texans, avions d'entraînement subirent le raid. Ces appareils conçus dans les années trente pour les besoins de formation des pilotes. Cet appareil fut durant toute la seconde guerre mondiale l'appareil de référence pour cet usage.



***



Les appareils de la Navy se composaient des avions de patrouille/sauvetage/entraînement PBY-Catalina, des Vought SB2U Vindicator, de SBD-1 Dauntless et Northtrop BT-1(bombardiers en piqué), des chasseurs F4F Wildcats, et d'avion de servitudes , J2F Duck, Sikorsky JRS... Aucun de ses avions ne prendra l'air.

Le PBY-Catalina répondit à un cahier des charges émis par la Navy dans les années 30 pour un hydravion à long rayon d'action. Il affichait une vitesse maximale 314 km/h mais surtout en vitesse de croisière sa distance franchissable était de plus de 4000km. Extrêmement versatile, il remplissait son rôle de bombardier patrouilleur,lutte ASM mais aussi des tâches de reconnaissance, sauvetage en mer, mouillage de mines, liaison. Plusieurs PBY sur Pearl Harbor semblent avoir été affectés à l'entraînement dans la période qui précéda le raid. Selon les missions qui lui étaient dévolue l'armement variait, le PBY pouvait donc êtres armé de deux mitrailleuses Browning 1919 de 7,62 mm dans le nez, deux Browning M2 de 12,7 mm à l'avant, une Browning 1919 de 7,62 mm à l'arrière et avait une capacité d'emport de 1,8t de bombes ou de grenades anti-sous marines. Le PBY eut une carrière longue dans la Navy (retrait du dernier en 1957) et certains pays l'utilisent encore comme bombardier d'eau.



***




Le Vought SB2U Vindicator entra en service en 1937. Sa construction est entièrement métallique avec des ailes basses repliables et un train escamotable, le SB2U lors de sa conception dans le milieu des années 30 intégra plusieurs avancées récentes en aéronautique. Cependant lorsque le conflit éclata cet appareil était dépassé. Les principaux reproches qui lui furent adressés furent sa lenteur et le manque d'efficacité de ses ailerons qui nuisait à son efficacité en piqué. Avec une vitesse maximale de 390km/h et deux mitrailleuses 12,7 mm il constituait une proie facile pour les chasseurs adverses. Son autonomie de 1800km et ses 450kg de bombes permirent de le maintenir sur le front jusqu'en 1943. Le Dauntless commença à le remplacer dans ses missions dès 1941.



***


Le SBD-1 Dauntless fut conçu dans le milieu des années 30 comme bombardier en piqué. Ce monoplan ailes basse entra en service en 1940. Avec une vitesse maximale de 410km/h et une distance franchissable de plus de 2100km cet appareil remplit sa tâche durant tout le conflit. Bien que jugé un peu lent et pas toujours aisé à piloter par ses équipages les Dauntless furent remarquables et meurtriers au combat. L'armement se composait de deux mitrailleuses de 12,7mm, deux mitrailleuses de 7,62mm couplées sur le même affût à l'arrière et surtout d'une capacité d'emport de 540kg de bombe.



***



Le Northtrop BT-1 fut le fruit d'en appel d'offre dans le milieu des années trente. La firme Northtop présenta un monoplan à aile basse cantilever. Il était construit en métal et contreplaqué. Le train d’atterrissage était semi-rétractable. Avec une vitesse maximale de 360km/h cet appareil n'était plus compétitif en 1941 bien que disposant d'une autonomie de 1850km. Son armement défensif d'une mitrailleuse de 12,7mm et d'une de 7,62mm sur l'affût arrière était assez léger, ainsi malgré une charge offensive de 450kg le BT-1 fut un avions de transition entré en service en 1938.



***



L'histoire du F4F Wildcat commence dans le milieu des année trente, la firme Grumman réalise étudie un successeur au F3F, le premier vol eut lieu fin 1937 et le premier appareil de série sera livré en février 1940. Ce monoplan disposait d'un voilure à revêtement métallique, un poste de pilotage fermé et un train d’atterrissage escamotable. Le F4F est connu pour sa robustesse déterminante au combat contre le Zéro nippon faiblement protégé. Avec une vitesse maximale de 531 km/h une autonomie de 1360km, ce monoplan disposait d'un armement significatif de six mitrailleuses de 12,7 mm et d'une capacité marginale d'emport de 91 kg de bombes. Ce chasseur embarqué sur les porte-avions fut d'abord utilisé par les puissance alliés européennes avant le raid sur Pearl Habor. Lors de ce raid les F4F basés à Ewa furent surpris et pour la plus part endommagés au sol avant de pouvoir intervenir.



***



La première vague disposait d'une cinquantaine de bombardiers moyens Nakajima B5N2 Kate41, d'autant de bombardiers en piqué Aichi D3A1 Val, d'une quarantaine de bombardiers torpilleurs Nakajima B5N2 Kate et d'un nombre sensiblement égal d'avions de combat Mitsubishi A6M2 Zéro.

Elle arriva par le nord de l'île est fut repéré au large, à plus de 210km, par la station d’Opana Point grâce à un radar SCR-270 par George Elliot Jr. and Joseph Lockard. Les deux opérateurs finissent par avertir le Centre de défense aérienne, annonçant une concentration énorme d'avions telle que jamais vue. A ce moment le jeune lieutenant de permanence Kermit A. Tyler prend cette concentration pour des B-17 attendus dans la journée. Les opérateurs radar ignorant le nombre de B-17 attendus, bien inférieur pourtant à la première vague d'assaut, se laissent convaincre. L'officier mal informé du gisement exact de la concentration observée, se convainc que ces avions sont bien les B-17 arrivant du Nord-Est. L'histoire fera que les fameux B-17 arriveront durant le raid et seront pris pour cible par les japonais mais essuieront aussi quelques tirs amis dans la confusion générale. Les aérodromes militaires sont pris pour cible, ainsi que les positions de l'Armée, des Marines et de la Navy. En l'absence des portes-avions, les cuirassés américains deviennent les cibles prioritaires des avions japonais.

La première vague commence sont pilonnage à 7H49, les avions qui selon leur type ont emprunté une trajectoire d'approche différente se rejoignent. Plusieurs cuirassés sont touchés ainsi que des destroyers. L'USS Arizona, un cuirassé, explose à 8H10 entrainant des centaines de morts. les infrastructures subissent un raid qui va anéantir la chasse au sol. Jusqu'à 8H30 les avions nippons attaquent sans relâche, puis à court de munition laissent la place à la seconde vague qui arrive. L'USS Nevada qui tente de sortir du port est bombardé, sous le feu il sera échoué pour ne par risquer de couler dans l'étroit goulet d'accès à la mer. Peu après le West Virgina et l'Oklaoma sombrent. Outres le port, les aérodromes et garnisons seront bombardés. Lorsque les avions s'éloignent vers 9H15, le bilan est lourd.


Le raid sur Pearl Harbor, trajectoires et attaques des deux vagues d'assauts.



Cinq cuirassés envoyés par le fond et trois endommagés, quatre autres navires de combat coulés et six endommagés. Certains navires seront renfloués, réparés et reprendront du service durant la guerre. La Navy verra 92 de ses avions détruits et 31 endommagés. L'Armée déplorera 96 appareils détruits et 128 endommagés.

La Navy perdit plus de deux milles hommes dont la majorité dans l'explosion de l'Arizona, les blessés furent plus de 700. L'US Army déplora 218 morts et 364 blessés.US Navy. Les pertes de l'US Marine Corp comptèrent 109 morts et 69 blessés.

Plusieurs dizaines de civils furent tués ou blessés par des éclats de bombes et des tirs.

Les sites suivants abritant des aérodromes :
Hickam Field, Wheeler Field, Bellows Field, Naval Air Station (NAS) Ewa, NAS Oahu, NAS Pearl Harbor,NAS Kaneohe furent traités par les japonais. Ces derniers infligèrent des pertes importantes aux appareils stationnés, mais aussi des dommages substantiels aux infrastructures.

NAS Puunene située sur Maui fut tenu à l'écart du raid et épargné. Elle abritait l'escadron (VJ-3) constitué d'avions uniquement utilitaires.

Les pertes nipponnes furent causées majoritairement par les forces américaines durant la seconde vague. Le japon enregistra la perte de 29 appareils et 55 aviateurs. Cinq sous-marins de poche seront coulés et 9 sous-mariniers tués, un seul fut capturé.

Les forces américaines encore opérationnelles tenteront de localiser en vain la position de la flotte nipponne qui renoncera à une troisième vague d'assaut.

Liens vers plusieurs photos du raids.





Lemarquis


--Message édité par Ptitpimous le 19/12/2014 à 07:13:21--
__________________________

Administrateur Jeu & Forum

 
  Page : 1

Aller à :

   Air-Start
   Autres Editions (+ de 2 mois)
   Souvenons-nous... [12/2014]

Haut



Copyright Mes-Forums
Version 2.1.8 © 2003-2017